THEMES:

Pen and Pencil ~~~~~~~ La plume et le pinceau

This theme discusses the emblematic trio of collaboration: the writer’s pen, the artist’s pencil, and the engraver’s penknife and burin.

La première section de l’exposition, “La plume et le pinceau”, explore les modalités de collaboration entre écrivains et peintres-dessinateurs-graveurs dans la production du livre illustré. Couvrant une aire géographique étendue (Paris, Vienne, Montréal) et toute la deuxième moitié du XIXe siècle, les exemples réunis interrogent le rapport entre texte et image tel qu’il est conçu et réinterprété à l’intérieur de projets éditoriaux issus de salons, mouvements ou associations artistiques.

Theatre and the Serialized Novel ~~~~~~~ La “fabrique” de théâtre/roman

This theme reveals how collaboration grows into a real institution through the intersection of vaudeville-theatre and the serialized novel.

La section “La «fabrique» de théâtre / roman” se concentre sur les exemples emblématiques, pour le XIXe siècle littéraire français, d’écriture collaborative: les œuvres d’Alexandre Dumas et d’Eugène Scribe. Fait révélateur, l’article obituaire que le quotidien The New York Times consacre à Eugène Scribe le 11 mars 1861 ne traduit pas le terme “collaborateur”, afin de mieux souligner la spécificité française de cette quasi-institution et le rôle fondamental joué par l’auteur de théâtre de vaudeville dans le développement de ce procédé de création littéraire.

Staging Media ~~~~~~~~ Musique et texte

This section considers collaboration within the performing arts, such as the operatic genre, which constantly renegotiates the relationship between text and music, while ballet incarnates a double transposition of the word towards sound and movement.

Après le rapport entre texte et image, c’est l’association entre texte et musique qui est visée dans la troisième section, “Musique et texte: quelle relation d’accompagnement?”. Le couple librettiste-compositeur, souvent soudé par une collaboration constante, est le résultat du délicat équilibre entre deux arts concurrents et de l’entrechoc entre des personnalités créatrices fortes.

Interpretation as Creation ~~~~~~~~~ Interpréter, c’est créer

This section poses the question: is interpretation merely the execution of a completed work, or can it contribute to the creation of an otherwise unfinished script or score?

La quatrième section, “Interpréter, c’est créer”, suit l’amplification progressive du caractère collaboratif des œuvres vouées à la scène. Les partitions imprimées portent les marques du travail interprétatif, allant des informations sur la première représentation jusqu’aux annotations manuscrites de l’interprète – comme on peut le voir dans le cas des partitions de Pauline Donalda, chanteuse d’opéra canadienne célèbre dans les premières décennies du XXe siècle.

Lifting the Curtain ~~~~~~~~~~~~ Les coulisses de l’anonymat

This area of the exhibition draws us closer to the collaborative productions of eighteenth-century aristocratic salons, where anonymity lent itself to a wide range of social and literary strategies. It especially allowed women to test their authorial skills and powers.

La section intitulée “Les coulisses de l’anonymat” comprend des ouvrages anonymes, conçus en collaboration dans les salons de Mme Doublet et de Mlle Quinault. Les noms des participants, la part des contributions individuelles, les stratégies sociales et littéraires à l’œuvre dans les recueils inclus ne sauraient être décelés sans la lecture des correspondances privées.

The Institutional Signature ~~~~~~~~~~~~ La signature institutionnelle

This section demonstrates how the production of global and highly-specialized knowledge relies upon a huge collaborative enterprise of collecting and sharing information. Institutional frameworks connect and coordinate individual efforts, organizing them into hierarchies.

Les multiples significations de « la signature institutionnelle” sont illustrées dans la dernière et la plus large section de l’exposition. Les exemples choisis mettent en évidence l’activité auctoriale sous la tutelle institutionnelle dans le cadre d’un ordre religieux (la Compagnie de Jésus), de l’Académie Royale des Sciences ou de la Faculté de Médecine, ainsi que dans les vastes projets coopératifs des expéditions scientifiques, mis au service de la construction de l’empire.